Islande

Islande Partie I: Le sud et l’est

C’est parti, il est 7h30 et notre périple en Islande débute enfin. Ca fait des mois que nous attendons et préparons ce road trip. C’est donc plus motivés et excités que jamais que nous partons direction l’aéroport de Genève pour une semaine de folie !

Après 3h20 de vol, nous voilà enfin à Keyflavik, l’aéroport international d’Islande, où un salarié de Procar nous attend afin de nous remettre les clés de notre voiture.  Après une heure d’explications c’est à bord de notre Kia Rio (oui, oui!) que nous rejoignons Reykjavik, la capitale islandaise. Située à seulement 40 min de l’aéroport, Reykjavik reste la plus grande ville d’Islande avec pas moins de 120 000 habitants, soit plus d’un tiers de la population totale de l’île. Malheureusement pour nous, il est déjà tard et notre visite de la capitale se fera plus tard. Pour le moment, direction le « Iceland Camping Equipment » afin d’y récupérer notre matériel de camping. Nous en profitons également pour nous ravitailler. Ne connaissant pas la ville, nous nous arrêtons à la supérette la plus proche. Erreur fatale, il s’agit certainement de la plus chère… Résultat de l’opération: pour 200g de brie, 1 boite de raisin et 1 pack de 6 bouteilles d’eau nous déboursons pas mois de 2700 Kr, soit 17€! On s’était préparé à ce que la nourriture coûte chère, mais pas à ce point! En attendant, il est temps de reprendre la voiture direction Selfoss, où nous avons prévu de dormir.
Après 35 min de route, nous arrivons au Gesthús Selfoss Camping. Les campings en Islande sont radicalement différents de ceux en France. Qu’ils soient municipaux ou privés, chaque ville en possède au moins un. Composés essentiellement de grandes aires herborées, des parties communes (cuisine, salle de bains et WC) sont généralement aménagées mais parfois payantes et rapidement prises d’assaut par les campeurs. Il faut donc se lever tôt si l’on souhaite prendre une douche.
Très fatigués par cette journée de trajet, nous nous endormons rapidement. Il fait froid, il pleut, mais rien à faire, on est en Islande ! 🙂

Il est 8h00 et nous nous réveillons (sous la pluie). Ni une ni deux, nous allons nous préparer, rangeons la voiture et prenons un petit déj’ sur le pouce. Ca y est, notre première journée démarre et nous comptons bien en profiter ! Nous partons donc à la recherche de cascades et notre première escale sera la cascade Seljalandsfoss. D’une hauteur de 65m, celle-ci est située à proximité du volcan Eyjafjöll et est formée par la fonte des glaces de l’Eyjafjallajökull. L’originalité de cette cascade est la possibilité de passer derrière, assurant un point de vue unique. Au top!

SeljalandsfossSeljalandsfossSeljalandsfoss

Nous poursuivons notre découverte des cascades en nous rendant à Skógafoss, une cascade située non loin de là. Après un court arrêt au pied du célèbre volcan Eyjafjallajökull, nous arrivons sur le parking de Skógafoss. D’une hauteur de 60m, cette cascade est vraiment puissante et provoque un bruit assourdissant. Il est possible de se rendre au pied de celle-ci mais également de gravir quelques 500 marches, permettant de l’observer d’en haut.

SkogafossSkogafossSkogafossSkogafoss

C’est donc bien humides que nous repartons à la conquête du sud de l’Islande, direction la ville de Vík í Mýrdal. Peuplé de seulement 300 habitants, le village n’a rien de spécial mais s’agissant de la seule localité dans un rayon de 70 km, un arrêt est nécessaire pour le ravitaillement. Une fois les courses faites, nous décidons de revenir sur nos pas afin de découvrir un spot de plus en plus célèbre, l’avion abandonné de l’US Navy. En effet, sur la plage de sable noir de Sólheimasandur gît l’épave d’un vieux DC-3 de l’armée américaine. Pour la petite histoire, c’est en 1973, en période de guerre froide, qu’un avion américain de l’U.S. Navy se voit obliger de se poser sur une plage, non loin de Vík. En manque de carburant, le pilote est contraint d’atterrir en urgence au beau milieu de nul part. L’équipage s’en sortira sain et sauf et sera secouru par un hélicoptère de l’US Air Force.
Ce lieu est juste incroyable et donne l’impression d’être perdu au fin fond d’une autre dimension dans laquelle le temps se serait arrêté. Situé à 4km à pied de la route 1, il faut pas moins de 45 min de marche au milieu d’un désert de sable noir, sous un temps embrumé pour y accéder. Autant vous dire que cela met directement dans l’ambiance!

US Navy SólheimasandurUS Navy SólheimasandurUS Navy SólheimasandurUS Navy Sólheimasandur

Après 1h de visite des lieux et 45 min de marche retour, nous reprenons la voiture direction le Thakgil Camping, situé au coeur de Vík. Nous y passerons d’ailleurs l’une des pire nuit de notre road trip. Le terrain étant inondable, nous nous sommes réveillés frigorifiés, les pieds dans l’eau.
Nous quittons donc le camping précipitamment et poursuivons notre chemin direction le lac de Jökulsárlón. Sur la route, on en profite pour nous arrêter au canyon Fjaðrárgljúfur. Ce lieu restera pour moi un mystère. En plus d’être impossible à prononcer, il est impossible à trouver! Malgré cet échec, nous nous arrêtons pique niquer au milieu d’un endroit splendide, perdu entre cascade, sapins et mousses étranges. On adore!

canyon Fjaðrárgljúfurcanyon Fjaðrárgljúfurcanyon Fjaðrárgljúfur

Nous repartons le ventre plein direction le lac de Jökulsárlón, l’un des spots les plus attendus de notre voyage. Après 2h de route, nous garons la voiture sur un parking et débute alors un rêve éveillé. Nous voilà au pied du lac proglaciaire le plus grand d’Islande. Résultants de la fonte du glacier Vatnajökull, des blocs de glace dérivent sur le lac, avant de rejoindre la mer situé à quelques mètres. Les couleurs de ces icebergs varient du turquoise au bleu foncé, en passant par le le noir causé par la cendre des volcans. Le lac reste de loin mon lieu préféré de l’île. Je n’avais jamais eu l’occasion de voir des icebergs en vrai et encore moins de les observer danser sur une eau aussi bleutée.

JökulsárlónJökulsárlónJökulsárlón

Pour la première fois, nous optons pour le camping sauvage et décidons de dormir dans la voiture, sur la plage au milieu des icebergs. Pour ceux qui en douterait, il est en effet possible de bien dormir dans une Kia Rio! Et puis quel kiff de se lever le matin et de se préparer avec une vue comme celle-ci.
On en profite d’ailleurs pour aller se promener sur la fameuse Diamond Beach, parsemée de blocs de glace de toute forme qui viennent s’y échouer, offrant un paysage éphémère inégalable.

Diamond BeachDiamond BeachDiamond Beach

Il est 13h passé et nous décidons enfin de quitter ce paradis glacé avec un pincement au coeur et des souvenirs pleins la tête. Mais la route est longue et l’île nous réserve encore beaucoup de surprises. Nous partons donc à la conquête des villes de l’est et nous dirigeons vers Egilsstaðir, la plus grande ville de la région avec presque 2500 habitants. La ville en elle-même n’a rien de fascinant mais est un parfait point de ravitaillement et sera notre lieu de campement pour la nuit. Sur le chemin, nous nous arrêtons plusieurs fois afin de contempler les merveilles de l’île. Entre montagne et océan, nous en prenons pleins les yeux et avançons difficilement jusqu’à notre point de chute, tant les arrêts photos sont nombreux.

EgilsstaðirEgilsstaðirEgilsstaðir

Après une bonne nuit de sommeil, nous voilà repartis à la découverte du fjord Seyðisfjörður. La route pour y accéder est simplement magnifique et laisse découvrir une cascade au pied de laquelle nous ferons un petit arrêt avant de poursuivre notre chemin.
Le village de pêcheur de Seyðisfjörður est un véritable coup de coeur. Ses maisons colorées et ses vieux batiments en bois ont fait sa renommée.  Fondée au 19ème siècle par des marchands danois, le village a su garder son charme d’antan et vit aujourd’hui au rythme des arrivées du ferry en provenance des îles Féroé et du Danemark.

SeydisfjordurSeydisfjordurSeyðisfjörðurSeyðisfjörðurSeyðisfjörðurSeyðisfjörðurSeyðisfjörður

C’est ici que se termine la première partie de notre road trip. C’est avec tristesse que nous quittons l’est, direction le nord pour de nouvelles aventures.

A bientôt pour un prochain article sur la fin de notre périple 😉

PS: un grand merci à ma partenaire de route sans qui ce voyage aurait été bien fade et pour ses quelques photos! Instagrameuse de choc! 🙂

Une réflexion sur “Islande Partie I: Le sud et l’est

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s